Isabelle DELATTRE

Spécialiste de la relation homme / chien

Comportementalisme ou psychologie canine

En tant que comportementaliste, j'analyse les troubles du comportement dont souffre votre chien et vous propose des solutions pour les résoudre.

Les comportements déviants peuvent rendre invivable la relation que vous entretenez avec votre chien d’où l’importance d’y remédier pour votre bien-être et le sien.

Le mal-être de votre chien peut l'amener à somatiser et entrainer des conséquences sur sa santé physique et mentale que l'intervention seule d'un vétérinaire ne pourra traiter intégralement car il agira sur les symptômes et non sur la cause. 

Le taux de cortisol (hormone du stress) peut même atteindre un niveau qui exige une intervention d'urgence, alors n'attendez plus pour consulter.

Dans quel cas consulter : 


•  Votre chien détruit votre lieu de vie et/ou s’attaque à vos objets personnels en votre absence

•  Il s'automutile, déprime, mange peu et est anormalement calme

•  Il est agressif envers l'humain ou envers ses congénères

•  Il est peureux, voire phobique, dans certaines situations qui ne présentent pas un réel danger

•  Il aboie de façon excessive et régulière sans que vous puissiez l'arrêter

•  Il fugue

•  Il saute sur vous ou sur des personnes qu'il rencontre

•  Il vole

•  Il mange ses excréments

•  Il n’est toujours pas propre ou ne l'est plus depuis quelques temps

•  Il mordille assez fort lorsqu’il joue avec vous

•  Vous avez tout simplement le sentiment de perdre le contrôle de la situation...

La méthode employée :

La méthode est adaptée à chaque situation et au caractère du chien.

En tant que comportementaliste, j'agis selon une méthode systémique c'est à dire que le chien n'est pas observé de façon isolée mais dans son ensemble car il fait parti d'un groupe et subit les interactions intérieures et extérieures du groupe. Les thérapies peuvent être d'ordres comportementales (conditionnement ou désensibilisation) et/ou cognitives (régression sociale dirigée).


La présence du chien n'est pas indispensable lors de l'entretien car il n'a pas la possibilité de décrire la situation ni d'en changer les règles.


L'expérience démontre qu'une thérapie comportementale conduite sous forme de deux à trois entretiens 
suffit dans la grande majorité des cas.